Hauts de France - 21 - 22 - 23 JUIN

 

Vendredi 21 Juin.

 

C'est vrai, que se lever tôt pour ne pas rater le rendez-vous sur l'autoroute A 16, après avoir joué avec les déviations pour travaux en région parisienne, ça peut "faire râler"; Mais, retrouver les ami(e)s, souriant(e)s et bien à l'heure, voilà une sortie TR qui commence sous les meilleurs auspices.

 

Le rendez-vous avec les "Nordistes" est net et précis, le reste de la troupe est là; sans tarder, nous partons dans un paysage vallonné, sur de belles routes, avec passage par des départementales bucoliques à souhait.

 

Notre résidence pour la nuit est une jolie ferme auberge, La Ferme du Vert.

 

Nous déjeunons dans une grande et belle salle qui nous est réservée. Les plats sont délicieux, mais pas le temps de s'attarder, nous déposons les bagages dans nos chambres et reprenons la route vers Boulogne: la visite de Nausicaa, nous attend.

 

C'est une magnifique réalisation qui accueille un public de tous les âges, un groupe de jeunes britanniques visitait aussi ce beau musée à vocation culturelle.

 

Les bassins sont peuplés de toutes sortes de poissons, du plus petit aux plus grands, notamment une raie Manta,  d'une taille considérable. La vocation écologique de ce musée est bien présente, une série de chiffres nous donne froid dans le dos, la planète va mal, on le savait, mais une petite piqure de rappel n'est pas inutile…

 

Après deux heures de visite, nous allons admirer la plage de sable fin, et aussi la terrasse avec vue sur mer, pour y déguster une bière, locale ou non, mais bien fraiche.

 

Ensuite, récupération des TR au parking réservé au musée, où en voulant allumer la lumière, j'appuie sur un bouton, qui s'avère être l'alarme !!!!!

 

Alors là, sirène, gyrophares, annonce en continue, nous intimant l'ordre de sortir……

Nous sommes partis avec les TR sans demander notre reste !!!

Retour à la Ferme du Vert pour le dîner et une nuit bien méritée.

 

Samedi 22 Juin:

 

Petit déjeuner, buffet somptueux, bagages rangés, moteurs tournants; départ 8 h 30.

 

Station-service, pour donner à boire à nos coursiers et là, petit souci sur la TR 5 de Jean-Marc, une forte odeur d'essence venant du coffre à bagages, le contraint à stopper sur un parking, où le coffre est vidé de son contenu, le carton, démonté et la fuite constatée, après un bon quart d'heure de démontage, remontage, resserrage du collier, ça fuyait toujours, alors, Michel K, décide "d'opérer" le tuyau fendu en lui en coupant à vif et à l'opinel cinq bons centimètres.

 

Amputé, remonté, resserré, la fuite est stoppée. Bravo Michel, nous repartons sur la route des Caps, où nous croisons une bonne dizaine  d'anciennes, Anglaises, Françaises, Américaines, saluts, coups de phares et nous arrivons au cap Gris Nez, balade à pieds, à notre gauche en regardant la mer, un phare et un bâtiment de la plus grande importance, le Cross, qui surveille le détroit dans lequel passent 400 navires par jour.

 

Contemplation de la mer d'un bleu vert, soutenu, nous devinons, plus que nous les voyons, les côtes anglaises, photo de groupe, et nous repartons vers le Cap Blanc Nez, que nous évitons, pour respecter les horaires prévus.

 

Déjeuner au 116 à Petit Fort Philippe (Gravelines), nous arrivons à l'Espace Tourville où nous venons visiter le chantier du Jean-Bart.

 

C'est à l'initiative de Christian Cardin, que ce chantier a vu le jour. www.tourville.asso.fr

 

En décembre 2002, la quille du Jean-Bart est posée et depuis le chantier avance.

C'est Christian Cardin lui-même qui nous guide pour cette visite, très détaillée, la taille du navire est impressionnante. Longueur: 57 m de l'éperon à l'étambot. Largeur: 15 m. Hauteur: 17 m au château arrière. Tirant d'eau: 6 m. Jauge: 1400 tonneaux.

 

Nombre de canons: 84. Arbres: environ 1800 m3 de chêne, soit 3600 chênes sur pied.

Equipage: jusqu'à 700 hommes à bord, dont 150 pour la manœuvre.

 

Christian Cardin nous explique les difficultés auxquelles il a dû faire face pour faire vivre et pérenniser ce chantier, jusqu'à s'appuyer sur un article du code Napoléon relatif à l'occupation du terrain par un tel chantier. 

Nous reprenons la route vers Cassel, le point culminant des Flandres à 176 m, ou nous montons jusqu'au sommet de la colline pour admirer le paysage, puis nous descendons jusqu'à la place principale ou une terrasse ombragée nous accueille pour y déguster un rafraichissement.

 

Après une jolie balade, en passant par la Belgique pour quelques kilomètres, nous rentrons en France et nous arrivons à l'Hôtel des Acacias, où une douche est la bienvenue avant de passer à table pour y parler de la journée, de voitures, de moteurs, de la vie en général et de notre plaisir de se retrouver entre TR-istes…

 

Dimanche 23 Juin:

 

Le périple est essentiellement urbain, nous visitons un certain nombre de quartiers de Roubaix, pas mal d'anciennes usines de textiles sont fermées, un certain nombre se sont transformées.

 

Nous arrivons au Musée de la Manufacture avec un peu d'avance, nous garons les autos à l'ombre en attendant que le portail s'ouvre, notre guide est là, en la personne d'une jeune femme de petite taille, mais nous allons le découvrir, dont l'érudition est inversement proportionnelle à la taille.

 

Elle se prénomme Hélène, nous fait asseoir pour nous expliquer tout sur le textile, ses origines sa provenance, la laine, le coton, le lin, la soie, puis elle nous fait parcourir les allées de cette ancienne usine de tissage reconvertie en Musée, dans cette grande salle éclairée grâce à des vitre placées en toitures, en "shed".

 

Les allées sont encombrées de machines à tisser de la plus ancienne à la plus moderne, après un cour théorique sur les fils de "chaine" et les fils de "trame", vient le moment des démonstrations, du métier manuel avec la "navette", puis d'un "Métier Jacquard" inventeur français: Joseph Marie Jacquard (1752-1834). Les cartons perforés sont en quelque sorte l'ancêtre de nos modernes ordinateurs. Avec le système binaire. 1 ou 0.

 

La visite se poursuit avec la mise en route de machines de plus en plus modernes et de plus en plus rapides, toujours dans un niveau sonore hallucinant, et là, nous n'avons qu'un seul métier en fonctionnement !!!

 

La visite terminée, nous remercions notre guide et lui donnons rendez-vous pour cet après-midi à la Villa Cavrois.

 

Le déjeuner se déroule au restaurant "Le Comte" au centre équestre de Hem.

Nos Amis, Michel et Dominique reprennent la route en direction de la Normandie, où une cérémonie familiale les attend, bonne route à eux.

 

Quelques hectomètres et nous voici arrivés à la Villa Cavrois où, après avoir parlementé avec un cerbère très à cheval sur les consignes, la grille s'ouvre enfin pour laisser pénétrer les TR à l'intérieur, afin de stationner dans le parc au pied de la villa.

 

La taille et l'architecture de cette énorme bâtisse nous cueillent à froid, les dimensions sont impressionnantes, les lignes sont à couper le souffle.

 

Hélène, nous explique que ce qui a prévalu dans l'élaboration du projet, c'est l'horizontalité des lignes.

 

Manifeste architectural, la Villa Cavrois est l'œuvre emblématique de l'architecte Robert Mallet-Stevens, figure du courant moderniste.

 

Elle a été conçue et édifiée pour Paul Cavrois, industriel du textile du Nord, et sa famille.

Le programme de ce château moderne commandé en 1929 est clair : "air, lumière, travail, sports, hygiène, confort et économie".

 

Classé monument historique en 1990 grâce à la mobilisation citoyenne, acquis par l'État en 2001, le gigantesque chantier de restauration mis en œuvre en 2003 par la DRAC Nord-Pas-de Calais puis repris en 2008 par le Centre des monuments nationaux a été achevé en juin 2015.

 

Nous parcourons les pièces avec étonnement, partout des horloges et des haut-parleurs, et de la lumière diffusée par de grandes baies vitrées, des plafonds hauts, des éclairages indirects.

 

Le mobilier, racheté à prix d'or après l'abandon et le pillage de cette villa, ce mobilier est aussi dans le style de la villa, pas une note discordante….

 

Tout est rigoureux, rigide, je dirais, pas de place à la fantaisie, ce Paul Cavrois ce ne devait pas être "un marrant"

C'était un important industriel, à la tête d'une entreprise énorme, générant des profits colossaux et donnant du travail à des milliers d'employés. 

 

La visite se prolonge par le sous-sol où nous découvrons un grand nombre d'objets sauvés du désastre après l'abandon et le pillage de la Villa. Elle est aujourd'hui, classée monument historique.

 

Notre merveilleux weekend se termine, il est temps de faire nos adieux à nos hôtes si charmants et nous promettons d'essayer de nous revoir bientôt.

 

Nous quittons à regret cette belle région des Hauts de France et nos amis TR-istes.

Un grand merci à Marc et Alice, Christophe et Maryvonne, pour leur gentillesse et l'organisation sans faille dont ils sont sus faire montre.

 

YB

 

Pour accéder à la page Photos des Hauts de France cliquez sur l'image ci-dessous.

Une question ?

 

Nous sommes à votre disposition pour y répondre.

 

TR REGISTER FRANCE
22 Sente des Vignes

95270 CHAUMONTEL

 

Coordonnées :
01 34 71 97 37

trregister.france@gmail.com

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© TR REGISTER FRANCE